Une Pédagogie Innovante

Nos interventions s’appuient sur une pédagogie initiée à partir des travaux récents sur les « neurosciences » et sur « l’approche systémique ». Elles sont développées par des experts en formation qui allient une expérience professionnelle avérée et des compétences sur ces deux champs spécifiques. Nous sommes engagés dans le suivi de travaux menés par l’Institut Français de l’éducation, l’Association pour la Recherche en Neuroéducation, l’Institut de Neuroéducation International, le Printemps de l’Education, l’Université Catholique de l’Ouest, l’Université MacGill, l’INSERM, l’OCDE, le Centre International du Coach, et d’autres pour nous situer dans un champ d’amélioration continue en termes de connaissances fondamentales et d’expérimentations sur le terrain.

pédagogie innovante

 

Quelle originalité pédagogique ?

Notre approche vise à comprendre les effets du fonctionnement cérébral sur l’apprenant tout en le considérant comme un « système » qui est soumis à des interactions permanentes génératrices de « conflits internes ». En effet, dans une démarche d’apprentissage l’apprenant doit arbitrer, souvent inconsciemment, entre des « conflits neuronaux » qui peuvent le déstabiliser et freiner l’efficacité de son engagement et des résultats attendus. Des exemples ? Comment fixer son attention alors que l’émotion d’une situation vécue est présente ? Comment développer sa créativité alors que par habitude je répète un schéma mental rigide et acquis ? Comment être attentif alors que mon cerveau « compacte » le temps passé, présent et futur ? …

 

pédagogie

Le fonctionnement cérébral

La recherche fondamentale en neurosciences permet la disparition progressive des neuromythes tout en mettant en avant des caractéristiques particulières du cerveau humain. C’est à partir de celles-ci que des expérimentations réussies sur le terrain de la pédagogie se multiplient.

Comment fonctionne le cerveau ? Quelques caractéristiques parmi d’autres :

  • Il hésite entre explorer une nouvelle tâche ou exploiter la tâche en cours.
  • Il priorise ses actions. Il adore le « tri ».
  • Il est « fainéant » tout en étant « curieux ».

  • Il est prompt à imaginer et donc à se construire des scénarii.
  • Il est multitâche ? Non, sauf à considérer qu’il peut faire une tâche par automatisme (habitude) tout en se concentrant sur une deuxième tâche.
  • Il aime agir vite et juste !
  • Il est curieux par nature.
  • Il a besoin de distraction pour être efficace.

 

L’approche systémique

La systémie a été élaboré au milieu du XX° siècle à partir de la « Théorie du système général » (1943) de Von Bertalanffy, puis progressivement précisée et vulgarisée par de nombreux auteurs (Forrester, de Rosnay, Lesourne, Morin, …). Cette théorie est un outil conceptuel qui a été créé pour comprendre la complexité grandissante du monde et pour proposer une alternative au rationalisme de Descartes qui était à l’époque le modèle unique de « pensée » en occident. La systémie considère que tout « élément » existant sur Terre constitue un système qui est composé de parties en interactions constantes, ces interactions permettant au systéme de se « maintenir » et « d’évoluer ».

Dans cette perspective l’apprenant est un « système » qui est soumis à des interactions entre les « parties » qui l’animent. Quelles sont ces parties ? Par essence toute démarche d’apprentissage mobilise dans un même mouvement 6 « intentions » : l’attention, la mémorisation, l’émotion, la motivation, la capacité créatrice, la prise de décision-action. La qualité de l’apprentissage dépend des interactions maîtrisées entre ces 6 intentions.

Notre pédagogie vise à mettre en cohérence l’ensemble des interactions pour améliorer l’efficacité des apprentissages en lien avec le projet personnel de l’apprenant.

 

 

 

pédagogie inversée

Quelques principes pédagogiques.

Notre méthode s’appuie sur des axes précis d’actions, structurants pour l’apprenant. Elle vise à l’accompagner vers une « autonomie » comprise et une capacité à être « créatif, flexible et adaptable » à son environnement.

Quelques pistes suivies :

  • Mise en situation constante par des activités : l’apprenant est acteur et non spectateur.
  • Mise en cohérence des savoirs formels (centre de formation) et des savoirs informels (environnement). Comment s’y prendre ? Quels liens créer ? Comment en tirer profit ?
  • Pédagogie de l’essai/erreur. L’apprenant sort de sa « zone de confort » pour entreprendre, explorer, exploiter.
  • Développement du travail coopératif et collaboratif. Démarche systémique, attente du monde du travail, modèle « réseau social ».
  • Alterner les types d’activités pour développer la flexibilité et permettre le repos cérébral.
  • Stratégie des objectifs simples, précis et clairs.
  • Développement de la perception entre le « faire » et les résultats recherchés et obtenus.
  • Intégrer l’outil numérique sous toutes ses formes : web passif et web actif.
  • Scénariser la démarche d’apprentissage.