L’Attention

attention 1Comment définir un mot si familier et utilisé constamment dans le langage courant ? Pour la plupart d’entre nous l’attention est assimilée à un danger immédiat et plus largement constitue une invitation à se connecter « ici et maintenant » autour d’une activité. L’Attention est si familière qu’elle n’a jamais fait l’objet d’un programme spécifique de la part de l’éducation nationale, et du monde de la formation plus largement. Or, depuis plusieurs années, enseignants et formateurs sont de plus en plus confrontés aux difficultés attentionnelles de leurs apprenants, au point d’être désarmés et souvent déroutés face aux comportements individuels. Et pourtant, sans attention …

Pour chacun d’entre nous, être « attentif », relève parfois d’un véritable parcours du « combattant » en fonction de l’activité dans laquelle nous sommes engagés. Quand nous vivons une passion tout est plus simple : pas besoin de rappel à l’ordre. Malheureusement, bien souvent nous sommes confrontés à des activités « contraintes » liées aux aléas de notre vie personnelle et professionnelle. Comprendre comment fonctionne le système attentionnel devient la première étape d’une efficacité renforcée ou retrouvée dans toutes les situations d’apprentissage de la vie …S’approprier des principes simples, s’exercer régulièrement permet dans une seconde étape de maîtriser progressivement sa capacité attentionnelle…

 

Comment fonctionne l’attention ?

attention 2Notre environnement soumet notre attention à un bombardement intensif d’informations (3 à 5 par seconde) que notre cerveau doit traiter et sélectionner inconsciemment et instantanément…

Imaginez-vous en visite dans une chocolaterie alors que vous traitez un dossier technique urgent, un programme de révision d’examen,…. Quel supplice, bien souvent quel délice, pour vos cinq sens d’évoluer dans un tel environnement. Si en plus vous êtes gourmand !

Que fait votre cerveau ? Il arbitre entre approfondir l’activité en cours (le dossier) ou en explorer une nouvelle (la visite). Dans notre vie quotidienne nos sens nous invitent constamment à ce choix entre approfondir ou explorer …

Pour aller plus loin : système pré-attentionnel, système d’alerte, sélection d’informations,…

 

 

 

attention 3

Notre petite « voix intérieure » constitue une source puissante de perturbation de l’attention. Rappelez-vous en situation d’apprentissage l’apparition soudaine d’une pensée, d’un souvenir, d’une émotion, d’une intention qui vous entraîne à échapper instantanément ou progressivement à l’activité en cours.

Pour peu que votre imagination s’en mêle et que votre cerveau multiplie les associations d’idées alors là … vous déconnectez complètement de la situation d’apprentissage. Pour compliquer la situation le cerveau n’a pas « conscience » du temps, il compacte passé, présent et futur. Ce qui peut vous pousser à ressasser le passé, à vivre le présent, à vous projeter dans le futur tout en menant votre apprentissage…

Pour aller plus loin : développer sa capacité attentionnelle en toute circonstance est l’assurance d’une efficacité renforcée dans toutes les activités de formation, d’apprentissage.Avec un peu de technique et de l’entraînement c’est possible …

 

 

Trouver et développer son juste équilibre attentionnel ?

 

attention 4

Chacun d’entre nous est doté d’une capacité attentionnelle qu’il a pu inconsciemment développer en fonction de son milieu social, de ses centres d’intérêt, de son implication dans des activités, de ses propres ressources. Cette capacité s’échelonne entre une tendance marquée à la distraction et une aptitude à la concentration. Si l’attention est indispensable dans la vie pour ne pas en être déconnecté, une attention constante a des conséquences néfastes sur notre psychisme et notre santé.

La distraction constitue un temps nécessaire de repos pour le cerveau et nous devons trouver notre juste équilibre attentionnel. Un temps qu’il faut organiser, maîtriser et rendre utile pour enchaîner sur un nouveau cycle attentionnel. Des principes simples sont déclinés en comportements pour nous permettre d’accroître notre potentiel attentionnel : l’implication, la créativité, la nouveauté, le jeu, l’alternance des activités, l’apprentissage coopératif, l’apprentissage par investigation, le réel,…

Pour aller plus loin : maîtriser et renforcer son potentiel attentionnel par des techniques et des jeux appropriés.

 

Comment expliquer la réussite du numérique ?

5194989015_56af90758f_b

La réussite du numérique sous toutes ses formes (réseau social, recherche internet, cinéma et télévision, photographie, jeu, supports,…) s’explique essentiellement par des principes d’utilisation et d’action qui correspondent parfaitement au fonctionnement de notre cerveau. Et à ses qualités intrinsèques :

  • curieux il adore la nouveauté,
  • paresseux il affectionne de se laisser conduire,
  • imaginatif il aime scénariser, …

La réussite du numérique réside également dans la « contrainte » qu’il impose à notre cerveau de découvrir, d’expérimenter, d’explorer afin de trouver les éléments qui vont satisfaire sa curiosité. Dans cet environnement spécifique le cerveau ne peut pas mobiliser son système pré-attentionnel ! C’est ainsi que la dépendance, voir l’addiction peuvent apparaître rapidement. Et avec elle la fatigue, le stress, la désocialisation, … car les périodes de distraction s’effacent au profit exclusif de l’activité numérique.

Pour aller plus loin : apprendre à se positionner par rapport au numérique.