Cognition, émotion et action motivée : la vision de la neuroéducation

Discipline très récente la neuroéducation développe une vision transdisciplinaire de l’apprentissage et du développement de l’individu. Son principal défi réside dans la construction de liens entre neurobiologie et sciences de l’apprentissage. Mais aussi elle s’attache à démontrer que l’individu est acteur productif de son apprentissage et non pas un simple « spectateur » ou « récepteur » passif d’informations collectées ou reçues. La psychologie et les neurosciences ont exploré systématiquement les liens entre émotion et cognition en partant de l’hypothèse que la cognition doit contrôler et réguler l’émotion. Cependant les dernières données de la recherche neuropsychologique laissent penser que les deux systèmes ne sont pas subordonnés mais plutôt consensuels.

Les découvertes des neurosciences permettent de comprendre la dynamique de l’interaction entre émotions, cognition et action motivée d’une manière globale et novatrice. Ce qu’il en ressort ? Emotion et cognition sont deux éléments indissociables de la vie et de l’activité humaine.

émotionCognition et émotion s’unissent pour former l’action motivée.

L’émotion joue donc un rôle de médiateur du développement de l’individu. Les neurosciences permettent d’avancer significativement sur le débat traditionnel qui divise les défenseurs de l’inné et de l’acquis à propos du développement de l’individu depuis son plus jeune âge. La neuroéducation met en avant la dynamique de l’interaction entre l’individu et son environnement comme facteur déterminant de ses apprentissages et de son développement. Cette position revitalise par conséquence le rôle de l’enseignement dans les difficultés ou accélérations du développement de l’individu.

L’émotion apparaît ainsi comme le noyau central qui assure la communication entre la vie psychique et la vie sociale. L’apprentissage et le développement de l’individu dépendent d’un fragile équilibre entre ces deux composantes.

cognition

Reconnaître cet équilibre et guider l’apprentissage avec intelligence, subtilité, respect et avec le soutien affectif approprié se révèlent des qualités essentielles d’un enseignement efficace. La compréhension et le contrôle des émotions apparaissent comme des éléments clefs dans la démarche d’un apprentissage maîtrisé de tout individu. Les neurosciences constituent de fait un nouveau guide pour élaborer une nouvelle science de l’apprentissage.

Gerardo Restrepo « Neuroéducation » vol 3, n°1